Les mécaniciens du corps humain

Alors qu’une greffe d’organe – comme celle de rein ou de cœur – semble aujourd’hui presque banale, d’autres exploits se multiplient : greffe de mains, de bras (et même des deux simultanément, comme viennent de le réaliser des chirurgiens du CHU de Grenoble), de visage ou… de pénis ! Les progrès sont spectaculaires. Demain, ce ne seront plus les organes de personnes décédées qui permettront de guérir des malades mais des organes « fabriqués » en laboratoire, produits par une imprimante 3D ou encore provenant d’animaux génétiquement modifiés. En attendant que nous soyons capables de provoquer la repousse « naturelle » de certains d’entre eux, comme la queue des salamandres.

Dans ces conditions, se contentera-t-on de réparer ou sera-t-on tenté d’améliorer, d’augmenter les capacités humaines ? L’homme du futur sera-t-il un prototype que l’on perfectionnera en permanence ?

 

Terminer l'inscription